Le changement c’est maintenant !

 

Tout le monde se souvient du slogan de M. Hollande au moment de la campagne pour les élections présidentielles. Avec cette volonté affichée de changer les choses, nous pouvions légitimement espérer un changement de politique économique et sociale ainsi qu’une remise en cause du dogme ultralibéral.

Hélas on en vient à se demander qui a vraiment gagné ces élections, au moins idéologiquement si ce n’est physiquement, tant le gouvernement actuel poursuit une politique en droite ligne identique à celle de son prédécesseur.

Bien sûr on nous répète que c’est la crise, que l’on n’a pas le choix, pourtant dans le même temps les entreprises comme EDF et GDF SUEZ affichent des bénéfices en milliards d’euros dont elles distribuent la moitié à leurs actionnaires. C’est cependant le moment qu’elles ont choisi pour prétendre remettre en cause nos activités sociales en s’appuyant sur les lettres de Boorlo et Besson, pourtant congédiés par une majorité de Français en mai et juin derniers.

A cette fin, les représentants patronaux de la Branche de l’Energie comptaient mener des concertations avec les fédérations syndicales représentatives des agents et pensionnés, avec comme objectif la réalisation d’un relevé de conclusion qui serait remis le 20 décembre 2012 au gouvernement pour décision et publication de décrets.

Les principales propositions patronales sont : le financement basé sur la masse salariale au lieu du 1% des ventes, la désignation d’un directeur des services indépendant du conseil d’administration (comme à la Camieg). C’est une véritable provocation et une attaque en règle contre le Statut National.

Nos activités sociales sont un élément indissociable de nos contrats de travail, elles apportent de vraies réponses aux besoins des agents et de leurs familles en termes de vacances, de culture, de loisirs mais aussi d’assurances, de santé et de solidarité.

Malgré le jeu trouble de certaines fédérations syndicales qui ont tenté de faire croire aux bénéficiaires que ces propositions, au pire ne changeraient rien, au mieux seraient un plus pour les agents, ces derniers se sont fortement mobilisés le 19 décembre dernier pour dire non au projet patronal et réclamer de vraies négociations.

1ère action et 1ère victoire puisque aussitôt le gouvernement a fait savoir que la CPB du 20 décembre 2012 ne doit pas aboutir à un relevé de positions conclusives et que le calendrier doit être étendu en 2013.

Pour autant, le dossier n’est pas clos… mais cette première victoire nous conforte dans la certitude qu’avec une mobilisation encore plus forte, c’est le projet patronal que nous ferons tomber et la réponse aux besoins des électriciens et gaziers que nous ferons progresser.

Pour l’heure et comme de coutume, je vous souhaite à toutes et à tous mes meilleurs voeux pour cette nouvelle année. Que celle-ci voit la pérennisation et le développement de nos activités sociales et de santé.

Laurent Salançon
Président de la CMCAS Languedoc

Mentions Légales    I    Vie privée    I    ©2017 CMCAS Languedoc

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?