Journée internationale de la femme 2014

Un peu d'histoire !

Cette journée  trouve son origine dans les luttes ouvrières et les manifestations de femmes du début du XXème siècle en Europe pour le droit de vote, de meilleures conditions de travail et d'égalité. L'idée d' « une journée internationale des femmes » est adoptée à l'unanimité en 1910, lors de la deuxième conférence de l'Internationale Socialiste des femmes à Copenhague. Des manifestations sont organisées en Europe dès 1911, qui rassemblent alors un million de femmes, mais aussi en Russie ou en Suède. Le 8 mars 1977, l' Organisation des Nations Unies officialise la Journée Internationale des droits des femmes. En France, la discussion est vive entre les tenants de la fête des mères et ceux de la journée des femmes. Il faudra attendre 1982 pour voir l'officialisation de cette journée.

Celle-ci est désormais célébrée dans beaucoup de pays dont certains l'ont érigée en jour férié (Burkina Faso, Russie, Cambodge, Arménie,…).  

Depuis 102 ans maintenant, le 8 mars est dédié aux luttes des femmes pour

l'égalité. Et que personne ne s'y trompe : ce n'est pas qu'une affaire de femmes ! Il suffit de se rappeler que de tout temps, les inégalités, les différences, les divisions ont toujours profité à ceux qui les exploitaient. Il en est bien sûr de même pour les discriminations subies par les salariées.

Toutes les violences faites aux femmes sont, par nature, inacceptables. Il n'empêche : elles sont quotidiennes ! Il existe des formes de violences moins agressives, moins brutales, plus pernicieuses mais tout aussi inacceptables. Les faits sont là : plus de femmes au chômage que d'hommes, des salaires plus bas, des déroulements de carrière plus lents, des pensions de retraite très inférieures, des pensions de réversion misérables, des propos et des comportements sexistes beaucoup trop nombreux. Et quelle proportion de mères seules et sans ressources ayant la charge des enfants (les leurs mais pas seulement) par rapport aux pères ? Combien de pensions pour les enfants qui ne sont pas payées ? Etc.

L'augmentation du chômage amplifie encore ces phénomènes parce qu’il frappe d’abord les femmes.

La négociation annuelle concernant l'égalité professionnelle femme-homme est obligatoire. C'est donc une des missions des organisations syndicales qui doivent, par conséquent, informer non seulement leurs adhérentes mais aussi toutes les salariées car dans la branche des IEG, des accords nationaux ont été signés et un suivi organisé.

 

 

 

 

 

Mentions Légales    I    Vie privée    I    ©2017 CMCAS Languedoc

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?