Les médecines douces -bis-

Par médecine douce, on se réfère souvent aux thérapies complémentaires censées générer un minimum d'effets secondaires parce que non-toxiques.

Ce terme est cependant peu adapté à décrire l'ensemble des pratiques médicales alternatives ou parallèles. Le terme exact retenu par la Commission européenne est "médecine non conventionnelle". On classera donc dans cette catégorie, l'ensemble des pratiques médicales reconnues partiellement par la médecine officielle occidentale, celle qui est enseignée à la faculté de médecine.

On distingue souvent deux groupes de médecines non-conventionnelles : celles qui se réfèrent aux principes de la physique classique et celles qui opèrent selon une approche énergétique. La phytothérapie, l'aromathérapie ou encore l'oligothérapie se classent dans le premier groupe.

La tradition asiatique qui attache beaucoup d'importance au concept du "Ki" ou énergie vitale alimente largement le deuxième groupe. Ainsi, il existe de nombreuses disciplines venues d'Asie, comme le "Qi gong", les massages "Shiatsu", le "Reiki" et l'acupuncture qui agissent sur la santé en régulant l'énergie des méridiens.

Les magnétiseurs et les rebouteux de nos campagnes, la "chroma thérapie", la "réflexologie", le "chamanisme" ou encore la "litho thérapie" seront aussi classés dans la catégorie des soins énergétiques.

Les inclassables et aussi les plus populaires sont l'homéopathie qui compte plusieurs écoles et, l'ostéopathie qui traitent les problèmes de santé traumatiques et énergétiques.

Ces thérapies souvent ancestrales, qui placent la médecine au niveau de l'émotionnel et du spirituel, et non simplement du physique comme la médecine occidentale, rencontrent un succès grandissant auprès du public.

 

L'homéopathie

L'homéopathie consiste à administrer au malade des doses faibles obtenues par dilution et agitation 'la dynamisation) d'une substance choisie en fonction de l'état physique et psychique du patient et selon le principe dit "de similitude".

Depuis son origine l'homéopathie est considérée par la majeure partie de la comunauté scientifique internationale comme une pseudoscience sans validité scientifique ni efficacité clinique.

L'effet supposé des médicaments homéopathiques est le plus souvent considéré comme le résultat de l'effet placébo. Les remèdes homéopathiques sont généralement considérés comme sans danger, les effets indésirables des diluants étant extrêmement rares. Cependant, la pratique homéopathique peut s'avérer dangereuse si elle détourne le patient de la médecine conventionnelle site allopathique, dans les cas où des traitements efficaces permettent de prévenir ou guérir des maladies graves (dépistages, prophylaxies, vaccinations, antibiotiques).

L'homéopathie est construite sur un principe et ses corollaires formulés ensemble par Hahnemann à la fin XXVIIIe siècle. (Christian Friedrich Samuel Hahnemann né le 10 avril 1755 à Meissen, Saxe, Allemagne, est mort le 2 juillet 1843 à Paris. C'était un médecin qui, à l'occassion de la parution d'un article en allemand, inventa l'homéopathie en 1796).

L'homéopathie repose sur le principe de similitude formalisé par Hahnemann après la seule observation de l'efffet de l'écorce de quinquina :

le paludisme s'accompagne de fièvre et l'écorde de quinine "quinquina" à forte dose provoque une intoxication également accompagnée de fièvre, Hahnemann a supposé que cellc-ci activait un mécanisme de défense contre la fièvre, qu'ille qu'en fût la cause.

C'est lors de la généralisation de sa théorie à d'autres maladies, que les effets néfastes provoqués l'ont contraint à baisser les doses en pratiquant des dilutions. A son grand regret, la dilution classique, si elle diminuait les effets toxiques, effaçait également les effets pharmacologiques. Il découvrit alors la méthode de la dynamisation, qui, de manière surprenante selon ses propres dires, conservait et modifiait les effets pharmacologiques de la substance.

 

La naturopathie

La naturopathie est une médecine non conventionnelle visant à équilibrer le fonctionnement de l'organisme par des moyens naturels : alimentation, hygiène de vis, phytothérapie, massages, exercices… La "naturopathie rénovée" se focalise sur le désordre psychoémotionnel.

Face à cette définition confuse, de nombreux praticiens utilisent le terme de naturothérapie qui est la rcherche de la santé par la nature.

La naturopathie est basée sur la théorie des humeurs, une ancienne théorie de la médecine en Grèce antique.

D'après la doctrine hippocratique au Ve siècle av. J.-C., la maladie est avant tout due à un ancrassement des humeurs de l'organisme (sang, lymphe, vile, liquide céphalo-rachidien).

Les symptômes pathologiques (toux, fièvre, éruptions, etc…) sont des crises de purification humorale et d'élimination toxique.

La naturopathie consiste à aider cette purification.

La naturopathie mise beaucoup sur l'auto-guérison, mais avec cette nuance que la force vitale de la personne doit être suffisante.

Dans le cas contraire, c'est à la médecine (classique) de prendre en charge la personne.

Le pôle d'action principal du naturopathe est le drainage, tant "psycho-émotionnel" que physiologique et humoral (les humeurs sont les liquides physiologiques circulants dans le corps : sérum, sang et lymphe).
Mais le véritable champ d'action de la naturopathie est la prévention, par l'adoption d'un ensemble de techniques naturelles permettant de suivre une meilleure hygiène de vie, pour la personne qui s'y exerce et de se maintenir à un tel niveau de santé que lesdites "maladies" n'ont pas ou peu de prise sur sa personne. Ainsi, le naturopathe n'intervient-il pas dans les troubles ou maladies graves.

La naturopathie est une médecine naturelle, préventive et éducative. Elle peut trouver ses limites dans certaines affections sigües qui se sont installées sur un terrain mal préparé. Dans ce cas précis, l'action naturopathique consistera à inverser ou modifier la nature du terrain. Le naturopathe effectuera un bilan vital, unique et personnel, respectant les caractéristiques physiques, physiologiques et psychologiques du patient qui sera pris en charge dans sa globalité, grâce au dialogue instauré par le thrapeute et à son conseil.

La naturopathie est une démarche active qui implique directement le sujet et le considère comme l'acteur de sa santé. Elle ne se ubstitue pas à la médecine traditionnelle.

 

L'acupuncture

L'acupuncture est une des branches de la médecine traditionnelle chinoise, basée ur l'implantation et la manipulation de fines aiguilles en divers points du corps à des fins thérapeutiques.

L'acupuncture traditionnelle est un art thérapeutique qui élabore son raisonnement diagnostique et thérapeutique sur une vision énergétique de l'homme de l'univers.

L'efficacité de l'acupuncture n'est pas prouvée scientifiquement et fait débat. Selon la tradition chinoise, l'être vivant et ici, plus particulièrement l'homme, est une organisation résultant de la combinaison de matière -le corps matériel ou physique- de nature yin et d'énergie – qui anime la matière – de nature yang.
L'équilibre harmonieux entre ces deux composants conditionne l'état de santé. Les perturbations de cet équilibre sont responsables de la maladie. Toute perturbation de nature à rompre cet équilibre affecte d'abord préférentiellement l'énergie.

Par exemple, un excès de yang pourra générer une douleur soudaine, une inflammation, des spasmes, un mal de tête ou encore une augmentation de la tension. Un excès de yin pourra se traduire par des douleurs diffuses, une sensation de froid, de la rétention d'eau ou une grande fatigue.

L'énergie est mouvement et sa pertrubation sera l'entrave au mouvement : le blocage. L'énergie bloquée en une région du corps matériel s'accumule en amont du blocage, alors que les régions en aval du blocage vont se trouver en  déficit énergétique. En présence d'un état de pathologie ainsi décrit, l'acupuncteur va établir son diagnostic en recherchant les niveaux auxquels l'énergie est bloquée, et quelle est la raison du blocage.

Il va ensuite appliquer son traitement en levant le blocage et en corrigeant, si cela se peut, la raison de ce blocage. L'aiguille, entre autres moyens, va lui permettre de diriger le cours des énergies.

L'énergie vitale du corps circule notamment le long de conduits spécifiques appelés méridiens et se répand dans tout le corps pour insuffler son principe vitalisant (yang) à l'ensemble des constituants de l'organisme.

L'énergie a une certaine correspondance avec le sang, qui lui-même, circule dans des conduits (vaisseaux) et se répand dans tout le corps pour l'irriguer de son principe yin.

En outre, il y a plusieurs énergies, chacune ayant sa spécialité : outre les méridiens principaux, il y a encore une foule de méridiens aux fonctions diverses : l'équilibre de l'organisme humain doit toujours être évalué relativement à celui de son environnement et de cycles qui vont en rythmer l'évolution, cycles avec lesquels il devra rester en harmonie et dont les correspondances matérielles (les cinq éléments : métal, bois, eau, feu, terre) vont servir de repère à l'acupuncteur pour établir son diagnostic et son traitement.
Les méridiensprincipaux sont parsemés de points qui sont autant de zones stratégiques. Les points permettent d'influer sur le cours des énergies.

Les points les plus importants pour le traitement des énergiies des méridiens par l'aiguille sont ceux situés près des extrémités. Il est facile de s'assurer de la localisation d'un point : l'implantation de l'aiguille dans la peau est en principe indolore, le simple contact de la pointe de l'aiguille n'est pas ressenti quand on est précisément dans le point, alors qu'il l'est un ou deux millimètres plus loin.

Traditionnellement, on compte 360 points répartis sur les méridiens qui parcourent toute la surface du corps. Cependant, d'autres points ont par la suite été identifiés et, selon le modèle utilisé, on peut trouver plus de 2000 points.

Les méridiens principaux sont au nombre de 12. Ils débutent (ou se terminent) à l'extrémité d'un doigt (ou d'un orteil). Conformément au cours d'un fleuve, dont ils sont la correspondance sur le corps, ils grossissent depuis leur source (extrémité d'un doigt) vers le centre du corps. Ils disposent de nombreux affluents, ou méridiens secondaires, et nourrissent de leur énergie la chair, les muscles, les organes internes et la totalité du corps.

Les lignes médianes du corps sont parcourues par deux méridiens particuliers, l'un antérieur dit "conception", l'autre postérieur dit "gouverneur". Les méridiens constituent donc les voies par lesquelles l'organisme reçoit cette énergie, qui peut être apport nutritif, apport d'informations (notamment d'origine extérieure) mais aussi portes d'entrée pour certaines maladies.

Les cinq éléments chinois et leurs relations.

 

La médecine anthroposophique

On appelle médecine anthroposophique les pratiques thérapeutiques issues de l'anthroposophie (un courant de pensée et de spiritualité créé au début du XXe siècle par Rudolf Steiner. Selon lui, elle serait une science de l'esprit, une tentative d'étudier, d'éprouver et de décrire des phénomènes spirituels avec la même précision et clarté avec lesquelles la science étudie et décrit le monde physique).

On y considère que les niveaux d'organisations des règnes de la nature, minéral, végétal, ainimal se retrouvent en l'homme. A cela s'y ajoute le niveau humain proprement dit, caractérisé par la faculté de se nommer soi-même (Moi), et par la présence de la conscience se manifestant dans l'exercice de la pensée et de la parole.

La médecine anthroposophique recourt à des médicaments issus des règnes minéral, végétal et animal. Ces médicaments sont préparés sous forme de dynamisations homéopathiques ou par d'autres procédés pharmaceutiques spécifiques.

Les médicaments anthroposophiques sont le plus souvent destinés à être administrés par voie orale, externe ou injectable sous-cutanée.

La validation des concepts et des traitements anthroposophiques fait l'objet de recherches aux niveaux biologique et clinique, portant sur les médicaments, les méthodes thérapeutiques, les outils conceptuels, ainsi que sur l'efficacité, la sécurité et les coûts.

Mentions Légales    I    Vie privée    I    ©2017 CMCAS Languedoc

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?